Prix Jacques Lacarrière

    Le prix littéraire Jacques Lacarrière décerné à Jean-Luc Raharimanana pour son roman Revenir
Ce lundi 10 décembre, le jury de cette première édition du prix littéraire Jacques Lacarrière, réuni à l’Institut du monde arabe et présidé par Gil Jouanard, a récompensé l’auteur malgache Jean-Luc Raharimanana pour son livre Revenir, paru aux éditions Rivages en mars 2018.

Hommage au métissage et à la paix, cri de détresse et d’espoir, ce roman aux frontières de l’autobiographie est une déclaration d’amour à Madagascar et à la littérature.

Programme

   

Octobre
Le 12 octobre, à l’invitation de la BDSL de Charnay-lès-Macon, Concert- lecture en hommage à Jacques Lacarrière, qui nous mènera du Kurdistan à Younous Emré


Automne
Lectures à la Librairie-Galerie Audran. Dates à déterminer


Publications
Réimpression de l’ouvrage, L’Envol d’Icare aux éditions Séghers
Nouvelle édition augmentée des textes sur la nature, Le Géographe des Brindilles, Hozhoni éditeur.


Elie Guillou

       Sur Mes Yeux
Un récit d’ ÉLIE GUILLOU

Musique BABX et GRÉGORY DARGENT
Mise en scène HASSAN EL GERETLY
Création : janvier 2018,
Théâtre d’Ivry – Antoine Vitez

Toutes les informations

SYNOPSIS
Diyarbakir, Turquie.
Jiyan tente de préserver son ls de la guerre. L’enfant, lui, veut tout voir : le dengbej errant, le soldat qui doute, la femme de ménage muette, le canari en cage... Surtout, comme les autres enfants kurdes, dé er les chars de l’armée avec une pierre dans la main et des baskets aux pieds.
Tendre et dure, lumineuse et tragique, cette histoire se déroule à la fois dans le cœur de la mère et les yeux de l’enfant ; guerre et paix s’y répondent.
Sur scène, un conteur et trois musiciens. Entre témoignage et parabole, cette histoire s’écoute comme on regarde un film.

GENÈSE

Livres pour un été

    A l’orée du pays fertile, anthologie des
poèmes de Jacques Lacarrière, éditions Seghers

Cinabre

Soleil emprisonné dans les macles du soir, blessure d’où suinte le mercure, tu dis l’ultime cri du sang avant qu’il ne se fige, la grande paix des cicatrices et la convalescence de la terre

« La poésie est-elle faite pour durer à tout prix ou, au contraire, faire entrevoir, un court instant, l’éternité ? Est-elle une source ou un estuaire, un long compagnonnage ou un subit enchantement, autrement dit un coup de foudre ou un mariage d’amour ? Je me garderai bien de choisir pour préserver en moi, qu’elle soit mariage ou qu’elle soit foudre, le miracle de son mystère »

Je est un hôte

Ecrire, c’est se pencher sur soi, dit-on souvent. Se pencher, soit, mais à condition de ne pas se perdre en soi ou s’y engloutir. Tout écrivain est amené tôt ou tard à affronter narcisse, à déterminer en son écriture où commence et où finit la contemplation de soi-même. Pour s’être trop penché sur son propre reflet et l’avoir confondu avec son vrai visage. Narcisse fut condamné à disparaître en tant qu’humain puisqu’il fut transformé en fleur. La leçon est bonne à retenir : l’écrivain narcissique doit savoir qu’il risque de finir dans un manuel de botanique au lieu d’une anthologie littéraire.

Articles de Jacques Lacarrière sur la Grèce de 1963 à 1988

    Chemins faisant fêtant ses 10 ans cette année, nous présentons sur notre site un ensemble d'articles de Jacques Lacarrière sur la Grèce de 1963 à 1988
Ces textes ont été saisis par Elisabeth Copin et Max Angot, compagnons de Chemins faisant


Journée-Hommage à l'Institut du Monde Arabe - Compte-rendu

       En cheminant avec Jacques Lacarrière


Pour commémorer les 10 ans de sa disparition, les Jeudis de l’IMA lui ont consacré une journée-hommage, ponctuée de débats, lectures et musique.

Le Jeudi 10 décembre 2015, de 10h à 20h30.
Voici le compte rendu de cet événement

Jacques Lacarrière, passeur pour notre temps

       de Florence M. Forsythe

Un portrait sensible de Jacques Lacarrière, voyageur insatiable, épris de nature, curieux du monde et des hommes. Et une promenade sur les itinéraires personnels de ce merveilleux humaniste.

En nous faisant découvrir ses questionnements, son parcours personnel et engagé, Florence M.-Forsythe fait revivre le grand voyageur amoureux de la Grèce, le chercheur de vérité parcourant les ruelles d’Alexandrie et les déserts, reliant les civilisations du passé à celles du présent au travers de figures mythiques telles que Marie d’Égypte, Icare ou Oedipe.

Parution le 10 septembre 2015

2015, bientôt 10 ans que Jacques nous aura quittés.

Deux manifestations phares, Festival Etonnants voyageurs à St Malo à la Pentecôte et une journée, colloque/rencontre à l'Institut du Monde arabe, le 10 décembre.

Parution du "Bel et Vivace aujourd'hui" et, en novembre parution d'un ouvrage sur son itinéraire par Florence Forsythe aux éditions du Passeur

Plus d'informations sur nos parutions de 2008 à 2015

Ce Bel et Vivace Aujourd’hui

       Nouvelle édition augmentée de douze textes inédits du seul livre de Jacques Lacarrière épuisé depuis plusieurs années.
Édition dirigée et présentée par Sylvia Lipa Lacarrière
Préface de Pascal Dibie

Avec humour et finesse, Jacques Lacarrière réenchante notre monde moderne saturé d'images virtuelles, de téléphones portables et autres innovations technologiques.

Qu’aurait pensé La Bruyère du téléphone portable ? Comment Rimbaud, Nerval ou Baudelaire auraient décrit les raffineries qui jalonnent nos autoroutes ? Familier de la Grèce et de l’Orient, Jacques Lacarrière a poursuivi son itinérance dans notre Occident contemporain, en portant un regard singulier sur les innovations qui ont envahi notre quotidien.

Publication Collection Bouquins

       Cet ouvrage réunit pour la première fois les récits des voyages dédiés par Jacques Lacarrière à la Méditerranée : En cheminant avec Hérodote, Promenades dans la Grèce antique et L'Été grec, ainsi qu'une foule d'articles peu connus sur des îles grandes ou petites comme la Crète, Patmos, Hydra et tant d'autres.


Parution : 17 Janvier 2013
Format : 132 x 198 mm
Nombre de pages : 0
Prix : 30,00 €
ISBN : 2-221-12494-4


Plus d'information : Editions Bouquins / Robert Lafont


Cahiers Jacques Lacarrière 3, Natures

Cahiers Jacques Lacarrière     Le troisième cahier de l'association Chemins faisant, intitulé Natures est disponible en librairie, il est également possible de la commander directement auprès de l'éditeur.

(...) J’aime vraiment le calcaire car – comme la lune – il renvoie jusqu’à nous la lumière du soleil. Et aussi, parce que au cœur des continents, il dit l’histoire des mers originelles, mémoire fidèle, plus encore que les roches éruptives ou métamorphiques. Tôt ou tard le choix s’impose à notre vie, entre la sédimentation et la métamorphose. Vivre de lents dépôts, d’accumulation de savoir, de progressives initiatives, ou au contraire, d’éruptions brutales, de soudaines intuitions, de fusions, d’effusions.
Etre calcaire ou être lave. Porter la mémoire de l’eau ou celle du feu. J’ai choisi le calcaire. J’ai choisi la roche claire, friable et fragile...
« Jacques Lacarrière qui était, sinon natif, du moins enfant de la Sologne et du pays des Carnutes savait lui aussi que La nature est un temple où de vivants piliers laissent parfois sortir de confuses paroles. Dire qu’il en était amoureux serait encore peu dire, car on est amoureux de ce que l’on n’est pas, de l’autre : il en était en fait et plus précisément une composante entomologique, avérée, avouée, assumée ; et c’est fièrement qu’il se déclara un jour citoyen du « Pays sous l’écorce. »

Dans ce volume, les textes de Jacques Lacarrière autour du thème de la nature. Ou plutôt des « Natures », multiformes, complexes, évidentes ou mystérieuses, étrangères ou familières. Préservées ou profanées.
En guise de compagnonnage, une « Petite anthologie géo-sensible », un florilège de textes « naturalistes » élaborée par Gil Jouanard.

Parutions 2008 à 2012

Méditérranées     Parutions depuis 2008 sous l'égide de l'association Chemins faisant.

Nous signalons aux lecteurs de Jacques Lacarrière que la librairie « l’Or des étoiles », à Vézelay en Bourgogne, a en permanence l’ensemble de ces livres disponibles.


Sourate du Caire

FOULE. Foules. Des foules. Des foules sans fin, des foules depuis toujours, depuis le premier camp de Fustat, la première mosquée d'Amr, depuis le premier conquérant et le premier zynaste. Chaque jour plus dense, cette foule, chaque jour plus foule, plus flâneuse, plus pressée, plus rêveuse, plus harassée. Foules du Caire.
Foule. Foules. Des foules. Mouvement brownien des particules d'hommes dans la chaleur et la sueur, odeurs, rumeurs, couleurs en foule, âges, races, vêtures en foule, vieux Cairotes à l'œil bleu sur le seuil de leur magasin, paysans enturbannés et boucanés de Haute Egypte, Nubiennes sveltes et droites, aussi noires, aussi élancées que l'ombre d'un minaret au crépuscule, enfants en grappes agripés à vos bras ou entassés sur des chariots, folâtres, insolents, insouciants, implorants, inventifs. Enfants du Caire.

Cappadoce, la vallée des fées

    Textes et photos de Jacques Lacarrière

Photographies inédites
Introduction de Gil Jouanard


Bon de commande

Partager


Syndiquer le contenu