Une heure avec... Sylvia Lipa Lacarrière

Les Amis de la Bibliothèque municipale de Dijon vous invitent à la lecture de poèmes et textes de Jacques Lacarrière dans le cadre de : "Une heure avec...".

Madame Sylvia Lipa Lacarrière, comédienne, épouse du grand écrivain, a bien voulu faire cette lecture alors que sort "A l'orée du pays fertile" (éditions Seghers), l'édition de l'oeuvre poétique complète de Jacques Lacarrière.

A l'occasion de cette lecture seront présentés au public des ouvrages de l'écrivain conservés à la Bibliothèque.

Jeudi 5 avril 2012 à 17h30
Bibliothèque municipale
Salle de l'Académie
5, rue de l'Ecole de Droit
(Porte H)

Témoignage de Daniel-Henri VINCENT :

J’ai eu la chance de rencontrer Jacques Lacarrière il y a une trentaine d’années.
Tout de suite il m’a semblé le connaître et le reconnaître. Un peu comme un Colas Breugnon, bon garçon, Bourguignon aux attaches icaunaises quoique né Limougeaud en 1925, rond de façons et de bedon, chaleureux comme on sait l’être en Bourgogne, avec la cordialité juste retenue, franche, souriante et pudique.
Jacques Lacarrière a eu l’enfance Orléanaise, et connut le tournant de la guerre, ce temps terrible où, selon son expression, « Les saules ne sont pas les seuls à pleurer ». Il se souvenait du « jardin de la rue du Parc », à Orléans, et de son tilleul où il se réfugiait, avec « des désirs de Loire » et « des parfums de Sologne1 » comme il le raconte dans Un jardin pour mémoire paru en 1999.
Puis ce furent les études à Paris, lettres classiques à la Sorbonne, droit et langues orientales. Il abandonna l’enseignement avant même de l’avoir commencé et se dit un jour : « Reste maintenant à découvrir le monde2 ». Parti pour l’Inde, il s’arrêta en Grèce où il multiplia les séjours, puis la Crète, le mont Athos, le monde antique et sa mythologie donnant en 1976 son ouvrage le plus célèbre, L’Été grec, au genre résolument nouveau « qui tenait de l'essai, du carnet de route, du poème en prose improvisé au rythme de la marche et du récit libéré de tous les codes formels3 » selon un critique du Monde. À défaut de pouvoir écouter Jacques Lacarrière dire son Été Grec, tel Hérodote sous les portiques de l’Agora d’Athènes, c’est sa voix qu’il faut s’efforcer d’entendre en le lisant car c’était un conteur, j’en témoigne. Il a dit merveilles à la DRAC au début des années quatre-vingt dans le cycle que nous avions organisé avec notamment Jean-Pierre Chabrol, Per-Jakez Hélias et Bernard Clavel.
Amoureux de la langue grecque, il traduisait aussi bien Sophocle (Antigone, par exemple) que les poètes grecs contemporains - tels Yannis Ritsos, Georges Séféris et bien d’autres - donnant ce magnifique spectacle, le Chant profond de la Grèce créé en français au Centre d’action culturelle du Creusot en 1982 avec, parmi les comédiens, Sylvia Lipa. Quelques uns s’en souviennent encore, à l’ombre du marteau-pilon ! Jacques Lacarrière, poète, écrivain, était aussi metteur en scène qui avait débuté, si je ne me trompe, avec l’Ajax de Sophocle au début des années soixante. Et Sylvia, avec Jean-Paul Roussillon, à la Comédie française dans Œdipe-Roi. Jacques et Sylvia étaient faits pour se rencontrer.
Jacques Lacarrière était à l’instar de Léon-Paul Fargue à Paris, le piéton du monde – principalement du monde méditerranéen, Grèce, Égypte, Syrie antiques et modernes, car il se sentait « enfant du soleil, de la chaleur, des pierres sèches et brûlées, de la mer tiède. 4» Il fut aussi, avec la maturité qui lui vint, fondamentalement, nécessairement, piéton de France. Il a tracé, Chemin faisant, la mémoire des routes – c’est le titre de la postface aux lecteurs de son ouvrage paru en 1977 – des Vosges au Roussillon. Non une divagation comme le dit l’éditeur, plutôt une sorte de pèlerinage intérieur de saint Jacques où seule l’anecdote est de hasard car la rencontre – avec la nature, les gens, l’histoire… - est nécessité. Et d’abord ce petit coin de Bourgogne, Sacy, qu’il retrouve, « minuscule finage entre quatre vallées, entre la Cure et le Serein » où, parmi les vignes, les forêts, les pierre jaunes et tendres, un jour, le sourire d’un vieillard qui l’a reconnu « après tant d’années de voyages et d’absence » lui a ouvert « toutes grandes les portes d’une enfance oubliée. 5» Et je peux vous dire que Jacques Lacarrière était heureux à Sacy et qu’il faisait partager son bonheur, généreusement, à tous ceux qu’il recevait, à ses amis.
Il partit pour mieux revenir, dans Chemin faisant comme dans la réalité, d’abord vers le Morvan, rude contrée, pour y trouver de rude gens que Jean-Marc Tingaud sut révéler derrière son objectif et qu’on a vu dans un bel ouvrage publié au Chêne. En Bourgogne, le cadre ordinaire de sa vie personnelle notamment depuis son mariage avec Sylvia Lipa en 1979, Jacques Lacarrière avait tissé un réseau d’amitiés qui faisait de lui un acteur discret, mais engagé, de la vie culturelle régionale – je pense, parmi d’autres aventures, à Tendre boucheries, avec l’Agence nationale de création rurale de Daniel Meiller en 1984-85, à laquelle Sylvia a participé activement. C’est toujours l’amitié en résonnance avec les lieux où souffle l’esprit (je saute dans le temps), qui lui fit écrire cette belle Lettre à Julius que Sylvia lut sous les voûtes de la Madeleine de Vézelay à l’occasion de la mort de Jules Roy en 2000.
Avec Marie d’Égypte, son premier roman en 1983, on peut évoquer, après la Grèce et la nature, le troisième versant de l’œuvre de Jacques Lacarrière dont Les Gnostiques et Les Hommes ivres de Dieu marquent, après Le Mont Athos, les premières méditations. Celles qui lui ont fait chercher quelque chose qui a à voir avec l’Infini, la Vérité et la Voie Lactée chère à Julius…
Jacques Lacarrière se résume ainsi dans ses Sourates : « La vie et l'écriture. L'amour et l'écriture. L'ailleurs et l'écriture. » Un grand écrivain, un poète subtil. Il s’est volontairement tenu à l’écart de ce que Roger Gouze appelait « le bazar des lettres ». Et n’en mérite que mieux, car il ne l’a nullement recherché, l’honneur que lui fit l’Académie française en lui attribuant son Grand prix pour l’ensemble de son œuvre en 1991. Cigale, il sut vivre de peu. Toute sa richesse d’humaniste libertaire était dans l’amour et l’amitié. Comme dans le verger et le potager de sa maison de Sacy, il a cultivé avec foi et générosité un jardin littéraire d’hérétique.
Nous allons le retrouver ce soir avec les textes que Sylvia Lipa-Lacarrière va nous donner, tirés de Natures et d’un ouvrage posthume, À l’orée du pays fertile, cinquante ans de « poèmes hors saison, des poèmes oraison », une anthologie qu’il avait conçue avant son dernier départ en 2005.

Daniel-Henri VINCENT
5 avril 2012