Anne Duvoy

Equinoxe d’automne 2010

PARDEMAR
PARtager DÉcouvrir MARcher

Souvenir, souvenir, que me veux-tu ? L’automne Faisait voler la grive à travers l’air atone,
Et le soleil dardait un rayon monotone
Sur le bois jaunissant où la bise détone. Paul Verlaine

Pardémar ? un état d’esprit…
Une oasis de deux jours pour engranger une qualité de l’instant à laquelle on croit.
Deux jours, happés à deux reprises au cœur de l’année, en ses points d’équilibre…
Deux jours sans les vicissitudes du quotidien, pour croire en demain rimant avec humain…
Pour se nourrir à la source vive de la beauté des êtres et des éléments…
Les années passent. Les rendez-vous se succèdent, et parfois le chef d’orchestre s’essouffle. Mais l’équinoxe est là, fidèle…

Menu de cet automne :
Samedi 25 septembre 2010 : Retrouvons-nous à 15 heures sous les remparts de Langres, sur le parking Longe Porte. (arrivant de Chaumont, monter sur Langres par la courbe de la Collinière, prendre la première direction sur la gauche, indiquant l’hôpital)
Avant d’entrer intra muros dans cette soeur de Saint Malo sans l’océan, Alain Catherinet nous dévoilera quelques-uns des mystères gravés dans la pierre, au pied des remparts.
Dans les entrailles de la ville, nous partirons ensuite à la découverte des sculptures de Michel Boussard, Richard Brouard, Métamorphoses et Matières d’être(s) disséminées par les rues et se fondant à l’âme de la cité lingonne, sous l'œil Complice comme… Personne de Joëlle Pulcini, Sycha et Jean-Yves Texier. Un petit détour à la boutique 1,2,3, rue du Cardinal Morlot, une étape à la galerie de la Tête de l’Art… avant de nous évader à Venise par la magie des traits ciselés de Michel Pagani, qui nous recevra chez lui.

Après les nourritures spirituelles, nous partagerons ensuite le plaisir de nos papilles à la salle des fêtes de Luzy, tandis que le feu crépitera dans l’âtre. Au son du violon ou de la guitare, dans l’harmonie du soir, de nos voix et des délices sortis de nos paniers… nous inventerons notre soirée.
L’instant sera ce que nous en ferons. Ne sommes-nous pas tous des artisans, des artistes du temps qui passe et que nous décidons de saisir, de déglutir, de conquérir ?

Dimanche 26 septembre, à 10 heures : Avec Michel Thénard et Gérard Bessières, nous cheminerons d’un bon pied en direction de la troublante colline d’Aigremont. Environ quatre heures de marche, le pique-nique dans le sac à dos, après avoir laissé nos voitures sur la place de l’église de Serqueux où, au retour, Yvon Rigolot et Léon Collin nous feront découvrir la particularité des lieux et notamment des vitraux.
Ce sera ensuite chez les viticulteurs de Coiffy-le-Haut, Florence et Pierre Pelletier, que nous achèverons cette déambulation ; nous y étancherons une soif autre que bucolique et historique qui mérite elle aussi le détour…
Et déjà il sera temps de se séparer en se donnant rendez-vous au Pardémar de printemps les 19 et 20 mars 2011.

« L'art est un pâtre obscur qui marche les pieds nus. » Victor Hugo
« La marche est le braille des poètes. Ils lisent la ville avec leurs pieds. »
Giovanni Marangoni

Programme et coordonnées, version imprimable


Partager